vendredi 27 mai 2011

Un nouveau numéro de la revue "Pistes"

J'aime beaucoup cette revue disponible en ligne. C'est une mouture encore toute chaude, elle vient d'arriver dans ma messagerie, donc pas eu le temps de la lire, mais certain que je le ferai. Un article sur "le stress au travail" - ma curiosité est certes titillée.

La revue Pistes, c'est du concret, du terrain et beaucoup axé sur les aspects bio-psycho-sociaux du travailleur. J'aime.



jeudi 12 mai 2011

La fatigue au travail ne fait pas bon ménage...

Fatigue et travail: mieux comprendre pour agir efficacement
Il nous arrive tous à un moment de se sentir fatigué, mais si la situation perdure, si au retour du travail on a juste le goût d'aller s'écraser devant la télé et se boucher les oreilles à tous les "bruits de fond" que font le conjoint et les enfants... Hummmm: il y a de bonnes chances de souffrir de surmenage.

En fait, si on répond "NON" à l'énoncé: "En général, je me sens encore en forme après le souper" ou "OUI" aux énoncés: "En général, j’ai besoin de plus d’une heure pour récupérer après mon travail" ou "Quand j’arrive à la maison après le travail, il faut me laisser tranquille", ça vaut peut-être le coup d'aller lire cet article. On y retrouve une gamme de recommandations notamment sur l'alimentation, l'exercices et autres. Oui, oui, on connaît plusieurs de ces trucs, mais en même temps, les auteurs nous invitent ici à s'y pencher en profondeur avec des méthodes bien concrètes, soit de prendre avec un grain de sel une dette ponctuelle de sommeil, la panique du lendemain fatigué n'aidant en rien à l'endormissement, mais de prendre le "train du sommeil" quand il passe en prenant soin de regarder notre hygiène de vie. Ils vont même jusqu'à nous inciter à aller rencontrer notre employeur pour rediscuter de l'organisation de l'activité de travail si un trop plein nous écrase au point de créer un stress aux répercussions que l'on connaît. À quoi bon de longues heures de travail si la littérature fait état que la fatigue diminue la vigilance, la capacité à prendre des décisions, la concentration, l'attention et la mémoire; augmente le taux d'erreurs, l'absentéisme et on en passe... Est-on plus productif?

Saviez-vous que 17 heures de temps éveillé équivaut à un taux d'alcoolémie dans le sang de 0,05%? J'ai pensé au personnel de la santé souvent obligé à doubler les quarts de travail; on ne permettrait pas la conduite automobile... mais on permet de poser des actes médicaux dont la portée a un impact sur la vie des gens... réflexion à faire n'est-ce pas?


Annie Drouin et Jean-Philippe Lamonde, conseillers en prévention à l'Association paritaire pour la santé et la sécurité au travail - secteur affaires sociales - APSSAP - viennent de publier un article fort intéressant encore une fois: "Fatigue et travail: mieux comprendre pour agir efficacement"

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...