mercredi 14 septembre 2011

L'apport de l'analyse ergonomique - Manutention et Formation

Travail et Santé - Vol. 27 no 3

Isabelle Gagnon, une précieuse amie et collègue, vient de faire paraître un article dans le magazine Travail et Santé. Elle y relate sa démarche ergonomique dans une usine de transformation du bois. Outre des recommandations sur des modifications d'aménagement, elle s'est penchée sur les façons de faire. C'est en observant les travailleurs expérimentés, en comparant les modes opératoires avec les novices, qu'elle a développé une formation axée sur des situations d'actions caractéristiques stratégiques, tel que maintenir un point d'appui au lieu de soulever les pièces de bois, les glisser au lieu de soulever. Ainsi, des prises vidéo, des mises en situation ont été intégrées à une formation. Les objectifs sont de bien sûr prévenir les lésions, mais également de retenir les jeunes travailleurs dans ce secteur d'activités. 

Les travailleurs expérimentés savent gagner du temps, tout en assurant la qualité du travail, en plus de réduire les efforts. Les plus jeunes ont donc tout à apprendre de leurs aînés s'ils veulent terminer leur journée moins courbaturés qu'eux! "Si jeunesse savait..." Quel est le dicton déjà? 
Bonne lecture!

mercredi 7 septembre 2011

Pour contrôler la charge de travail


"On ne considère pas les imprévus quand on mesure mon rendement" Un blocage dans la machine, un manque de pièces, une équipe incomplète, un manque de ressources, des procédures qui ne prennent pas en compte la réalité du travail... Et on se retrouve avec des commentaires tels que: "Je n'y arriverai jamais!" "Trop de travail!" "Je n'en peux plus!" "Je me sens incompris..." "Ce travail ne me nourrit pas..." "Je me sens dévalorisé"... Vous connaissez?

Trouvaille sur le site de l'APSSAP de cette chronique sur le contrôle de la charge de travail. Une vidéo d'une douzaine de minutes fait réviser les différentes étapes à considérer pour bien contrôler la charge des employés.
  1. Fixer des objectifs réalistes avec les employés
  2. Valider avec l'employé sa perception face à sa charge de travail et sa capacité à rencontrer les objectifs
  3. Évaluer le travail accompli, les résultats obtenus en termes de quantité et qualité
  4. Ajuster les objectifs et prévoir des mécanismes d'urgences
Des objectifs trop ambitieux, c'est de la pression, du découragement et la perception de n'être pas en mesure d'accomplir ce qui est demandé. Stress, fatigue, perte d'intérêt... En contrepartie, si les objectifs ne le sont pas suffisamment, il y a une perte d'intérêt, car l'individu a besoin de défis pour s'accomplir. Pour trouver l'équilibre: la communication. Qu'est-ce que l'employé en pense, quelle est sa perception? A-t-il des solutions à proposer?

À l'évaluation du travail de l'employé, il importe de considérer autant la qualité que la quantité. De plus en plus, on mesure la quantité, mais qu'en est-t-il de la qualité du travail? Par ailleurs, est-ce que les impondérables sont pris en compte? Ex. un achalandage soudain, un problème récurrent non pris en compte et non traité, etc. Prévoir un mécanisme d'urgence dans ces situations. 

je vous invite à écouter le vidéo fort bien fait sur le site "Nouveaux Repères" qui offre des outils de prévention en santé et sécurité du travail. 

samedi 3 septembre 2011

Retour au travail et gestion du temps

Avez-vous parfois cette impression qu'au retour des vacances, vous ouvrez vos dossiers en ayant l'impression de ne pas avoir travaillé dedans pendant 3 ans et demi et... que quelques heures après, et bien, vous avez plutôt l'impression que vous n'êtes jamais allés en vacances? Ouais, le temps, c'est relatif. Il n'en demeure pas moins que j'ai des projets de rédaction pour cet automne et la tête pleine d'idées... Mais puisque le temps, on le voit parfois très élastique et qu'il se rétrécit à mesure qu'on cesse de le voir, j'espère juste en avoir suffisamment pour mettre ces plans en action. Ça s'appelle la gestion du temps. On s'y met.






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...