jeudi 28 octobre 2010

Le muscle du sus-épineux un "starter" ? ... fausse croyance

Je viens de lire que le sus-épineux ne serait plus, comme on l'a toujours dit, entre autres le "starter" de l'abduction de l'épaule ... On n'arrête pas la science.

Selon Wiki, le sus-épineux serait:
"Abducteur accessoire de l'épaule avec le muscle deltoïde. Même si on a longtemps considéré qu'il était le starter de l'abduction, il semble que cela ne soit pas le cas. Il empêche l'action d'élévation du moignon de l'épaule dû à la contraction du muscle deltoïde. Il amène donc le deltoïde à faire une abduction. Il restera tout de même contracté par la suite.
Ce muscle est synergique du deltoïde. C'est donc un muscle agoniste hétéronyme du muscle deltoïde (même rôle mais insertions différentes)." Voir Wikipedia sur ce sujet plus en détail.

Selon un autre source, soit Paul Dautry, chirurgien, qui se serait intéressé à l'épaule dégénérative, il est cité par un de ses élèves chirurgiens André Apoil qui n'hésite pas à couper le sus-épineux lors de réparation de la coiffe des rotateurs : "Paul Dautry avait dit il y a bien longtemps que le sus-épineux n’était pas du tout le muscle essentiel de l’épaule ; ce n’est pas le «starter» de l’abduction comme on le disait à l’époque. Nous avons observé bon nombre d’épaules sans sus-épineux, (quelqu’en soit l’étiologie) et qui, en restant souples, toléraient parfaitement leur rupture en gardant une abduction rigoureusement normale."

Par ailleurs, une expérience où on aurait volontairement paralysé le muscle du sus-épineux par une injection, une équipe du département d'orthopédie de Leiden (Hollande) aurait démontré que l'action du sus-épineux n'était que "quantitatif", puisque le sujet pouvait réaliser l'action d'élever le bras en abduction contre gravité certes, mais dans une moindre résistance et une moindre endurance. Fait intéressant, ils ajoutent que la difficulté d'abduction à la suite d'une déchirure du sus-épineux peut être attribuée, d'une part, par le coincement du tendon du sus-épineux entre l'acromion et la tête humérale, mais également en partie à une éventuelle atrophie du muscle du deltoïde si le bras est mis en repos. Ils mettent l'importance sur l'intégrité du deltoïde à la suite d'une telle rupture, puisque ce dernier est dès lors d'une importance capitale pour l'abduction de l'épaule.

mardi 26 octobre 2010

Manutention

Des normes en termes de manutention:
Au Québec, on a seulement celle-ci:
Règlement sur les déchets solides (c. Q-2, r.3.2) de la Loi sur la qualité de l'environnement spécifie, à l’article 107 de la section XII sur l’enlèvement et le transport des déchets solides, que « le poids maximal de tout contenant rempli de déchets solides et destiné à un service d'enlèvement des déchets solides ne doit jamais excéder 25 kilogrammes dans tous les cas où l'enlèvement des déchets solides s'effectue manuellement. »

L'IRSST a fait une super recension sur le sujet de la manutention avec un encart sur les balises au Québec. On traite de NIOSH entre autres, puis des normes utilisées dans le monde.

Il existe également ces balises pour la population féminine:
La limite recommandée inscrite aux grilles de Humanscale[1] pour une femme de 20 à 35 ans est de 15 kg, alors que pour celles de 35 à 50 ans, la limite sécuritaire se situe à 13 kg.

Quant au transport manuel de charges dans un escalier, d’après les grilles de Humanscale[1], on qualifie le transport de charges à partir de 8 kg dans un escalier de « travail lourd »




 


[1] Humanscale (4a) – Human Strength. (Dreyfuss Associates)

Idée d'un blogue...

Après 20 ans de pratique, il faut continuer à se trouver des objectifs. Pas le temps pour développer un site web... Toutefois, j'ai l'idée d'ouvrir ce blogue pour lui consigner tout ce qui peut m'être utile dans le cadre de ma profession. Je le fais pour moi et peut-être pour certains qui pourraient y trouver des liens ou informations utiles. Donc à suivre...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...